L’ostéoporose est-elle à redouter à la ménopause ?

L’ostéoporose fait partie, selon l’OMS, l’Organisation Mondiale de la Santé, des 10 maladies les plus importantes au monde. L’ostéoporose est un vrai problème de santé publique et d’ailleurs une journée mondiale lui est consacrée le 20 octobre de chaque année.

Qu’est-ce que l’ostéoporose ?

L’ostéoporose est une maladie du squelette caractérisée par une fragilité osseuse entraînant un risque élevé de fractures.

Pourquoi est-il important d’avoir un système osseux qui fonctionne bien ?

Les os endossent plusieurs rôles dans le bon fonctionnement de notre organisme. Les principaux étant l’organisation de la forme de notre corps, la synthèse des globules du sang au niveau de la moëlle osseuse et enfin ils représentent la plus importante réserve minérale de notre organisme.

Pourquoi le tissu osseux en vient-il à se fragiliser ?

Les os sont un tissu vivant. En effet, si nos os étaient fabriqués une bonne fois pour toute, ils finiraient par s’user et donc pas se casser. Pour se prémunir de ce risque, les os sont soumis à un remodelage osseux. De façon permanente, des cellules appelées ostéoblastes construisent l’os tandis que d’autres cellules appelées ostéoclastes le déconstruisent. Ces 2 types de cellules travaillent en collaboration. Toutefois, lorsque les ostéoclastes empiètent sur le travail des ostéoblastes, une fragilité et une perte osseuse s’installent. L’équilibre est rompu.

Qu’est-ce qui favorise cette perte d’équilibre ?

Les causes sont multifactorielles mais une des causes qui figurent parmi les plus impactantes est la diminution des sécrétions ovariennes à la ménopause.

Que se passe-t-il en période de ménopause ?

Les ovaires fabriquent de moins en moins d’oestrogènes et de progestérone. Or ces hormones, et notamment les oestrogènes participent au bon fonctionnement des cellules impliquées dans la construction osseuse à savoir les ostéoblastes.

Toute femme en période de pré-ménopause et de ménopause va ainsi être privée de la protection osseuse assurée par les oestrogènes.

Pourquoi certaines femmes ménopausées vont-elles alors souffrir d’ostéoporose et d’autres pas ?  

A la ménopause, l’activité ovarienne ayant drastiquement diminué, certaines femmes vont toutefois continuer de sécréter des oestrogènes c’est ce que l’on appelle l’aromatisation. Les oestrogènes sont fabriqués non plus par les ovaires mais par d’autres cellules dont celles du tissu adipeux et celles des glandes surrénales.

Les femmes dont l’organisme n’est pas en mesure de suffisamment aromatiser seront plus sujettes à développer de l’ostéoporose au moment de la ménopause.

Au-delà du fonctionnement hormonal qui change brutalement à la ménopause, y-a-t-il d’autres facteurs qui influencent le risque de souffrir d’ostéoporose ?

L’aspect hormonal joue certes un rôle dans le développement de l’ostéoporose à la ménopause mais ce n’est pas l’unique facteur. Un autre facteur dont il faut tenir compte est l’hygiène de vie.

Une alimentation acidifiante favorise l’installation de l’ostéoporose 

Une alimentation trop riche en aliments acidifiants conduit à un pillage minéral au sein de l’organisme. Pour lutter contre l’acidification générée par certains aliments, le corps va puiser dans ses réserves minérales que sont les os pour maintenir un équilibre interne. Les os dépossédés de leurs minéraux se fragilisent et leur densité minérale diminue.

L’assaut d’émotions parasites

Les pensées qui tournent en boucle générant leur lot d’émotions négatives favorisent le stress oxydatif. Il y a excès de radicaux libres et pillage de minéraux antioxydants, minéraux abondamment localisés au niveau des os.

Le manque d’activité physique

La sédentarité est un ennemi sournois. Elle entraîne une stagnation de nos liquides corporels. Les cellules osseuses étant ainsi moins bien alimentées, une déconstruction osseuse s’opère.

Conclusion

L’ostéoporose est un risque qu’encourt toute femme à la ménopause à plus ou moins grande échelle car chaque femme est unique et chaque femme a un métabolisme qui lui est propre. En revanche, à la ménopause, toute femme peut agir en prévention en apportant des ajustements à son hygiène de vie pour éloigner le spectre de l’ostéoporose.

Laisser un commentaire

Partager cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
  • La Chronique du Bien Vieillir

Inscrivez-vous à La Chronique du Bien Vieillir pour recevoir régulièrement mes conseils pratiques et mes retours d’expérience.

  • des conseils pratiques pour se sentir mieux aux quotidien
  • des retours d'expériences que je ne partage que par emails