Ménopause ostéoporose

ménopause ostéoporose

A la période de la ménopause, l’ostéoporose entre dans le cadre des maladies chroniques qui peuvent potentiellement concerner la femme ménopausée.

La ménopause correspond à l’arrêt du fonctionnement ovarien ce qui induit des changements à différents niveaux dans l’organisme. La femme ménopausée vit en effet des bouleversements hormonaux pouvant avoir des répercussions non seulement sur le système endocrinien mais aussi sur d’autres systèmes comme le système osseux.

C’est ainsi que toute diminution de la sécrétion oestrogénique entraîne une accélération du remodelage osseux.

La ménopause est donc la période de la vie de la femme où le risque d’ostéoporose est potentialisé par le déficit oestrogénique. La masse osseuse diminue, conséquence d’une augmentation de la résorption osseuse.

Le fait d’associer la ménopause à l’ostéoporose ou du moins au risque plus élevé de développer de l’ostéoporose est donc physiologique.

C’est la raison pour laquelle, il est donc important d’agir si possible à titre préventif pour diminuer les risques fracturaires élevés chez la femme ménopausée. Lors de la ménopause, l’ostéoporose peut être responsable de fractures graves qui induisent bien souvent une invalidité et une espérance de vie réduite.

Le risque fracturaire le plus élevé a lieu au cours des 5 premières années après la ménopause car le processus physiologique de remodelage osseux s’accélère au profit de la résorption osseuse. Il y a une rapidité qui s’opère dans la déconstruction osseuse qui n’est pas contrebalancée par l’activité des cellules chargées de construire l’os, les ostéoblastes.

Comment faire pour limiter lors de la ménopause, l’ostéoporose rendant l’ossature beaucoup plus fragile et le risque fracturaire plus élevé ?

PISTE 1 : Ménopause ostéoporose : La qualité de votre muqueuse intestinale :

Une muqueuse intestinale qui fonctionne harmonieusement laisse passer dans la voie sanguine uniquement les éléments dont vos cellules ont besoin et parallèlement elle fait barrière aux molécules indésirables.

A la période de la ménopause, vous êtes généralement âgée d’une cinquantaine d’années et il se peut que votre hygiène alimentaire n’ait pas toujours été conforme à la physiologie humaine d’où le risque d’une muqueuse intestinale poreuse et donc d’une potentielle malabsorption intestinale.

Il est donc important de vous assurer d’avoir une sphère intestinale qui fonctionne correctement de façon à ce que votre organisme puisse tirer partie des micronutriments que vous lui apporter en mangeant.  

De même, les compléments alimentaires que vous pouvez potentiellement prendre, ne seront efficaces que si votre système intestinal travaille bien.

a) Comment vous assurer que votre système intestinal fonctionne bien ?

En vous questionnant à propos de votre digestion. Si vos digestions se font facilement, si vous avez un transit intestinal journalier et régulier, si vous ne souffrez d’aucun inconfort abdominal lorsque vous mangez ou après avoir mangé, alors vous pouvez considérer que votre système digestif assure ses fonctions.

b) Comment faire pour assainir et relancer le système digestif ?

A cette question bien légitime que vous pouvez vous poser si vous êtes une femme qui considérez mal digérer, il n’y a pas de réponse clé car chaque femme est un être unique et chaque protocole est personnalisé et adapté à l’unicité de la personne. Vous souhaitez en discuter avec moi ? Un rendez-vous téléphonique offert de 30 minutes vous est proposé ici.

PISTE 2 : Ménopause ostéoporose : Vous libérer des émotions parasites :

A la période de la ménopause, vous pouvez vous sentir mal dans votre peau car la ménopause est encore une période qui reste tabou et qui peut signer le début d’une décadence si vous ne vous êtes pas préparée à envisager les choses sous un autre angle.

C’est une période où vos émotions parasites peuvent être potentialisées et ces émotions contribuent à fragiliser votre charpente osseuse car le bon fonctionnement de toute votre biochimie est induite par votre état émotionnel.

Il est normal de ressentir des émotions qui ne sont pas toujours agréables mais ces émotions deviennent problématiques lorsqu’elles perdurent et deviennent envahissantes.

a) Comment savoir si vos émotions négatives sont en train de vous déconstruire pouvant favoriser à la ménopause de l’ostéoporose ?

Si vous êtes sujette « au petit vélo » dans la tête c’est-à-dire si vous avez l’impression que vos pensées tournent en boucle comme un hamster dans sa roue, il y a de forts risques pour que vous soyez en train de vous déconnecter de la réalité et de maximiser, lors de la ménopause, l’ostéoporose.

b) Comment vous libérer des pensées polluantes générant des émotions parasites ?

Pour vous libérer de vos états d’âme dysharmonieux, il existe de nombreux outils et parmi ces outils, les fleurs de Bach. En identifiant la ou les fleurs de Bach qui vous correspondent, il vous est alors facile de mettre en place les actions positives qui rendent impossible que les points faibles de notre personnalité s’expriment.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur les fleurs de Bach, c’est par ici.

PISTE 3 : ménopause ostéoporose : une activité physique régulière et adaptée

Le fait d’avoir une activité physique augmente la force de l’os. L’activité physique renforce l’os mais toutes les activités physiques n’ont pas cette propriété-là.

a) Ménopause et ostéoporose : Quelles sont les activités physiques à prioriser ?

Il s’agit avant tout d’activités dites de mise en charge à fort impact comme par exemples la marche rapide avec un sac à dos lesté ou bien le jogging lorsque cela est possible pour la personne. Il peut également s’agir du trempoline qui en plus agit sur la bonne circulation des fluides corporels ce qui peut être très intéressant à la ménopause et contre l’ostéoporose. En effet, du plus les fluides corporels stagnent et du plus vous risquez de souffrir à la ménopause de jambes lourdes.

Parallèlement, des exercices d’assouplissement et de musculation peuvent être exécutés afin d’optimiser la santé des agents qui collaborent avec le squelette (muscles, tendons, articulations, ligaments).

b) A quelle fréquence pratiquer l’activité physique retenue ?

Le corps aime la régularité. Mieux vaut partir sur de courtes durées et reproduire ces durées tous les jours plutôt que longtemps certains jours puis plus rien les jours suivants.

Chaque femme dosera ce qu’elle est en mesure de faire, l’essentiel étant d’être quotidiennement dans la répétition et progressivement d’augmenter si possible la durée.

Avec ces 3 pistes, vous avez des cartes en mains pour limiter la déperdition osseuse lors de la ménopause et si vous souhaitez aller plus loin, j’ai créé un programme Ostéoporose et naturopathie.

Véronique Geronutti

Laisser un commentaire

Partager cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Inscrivez-vous à La Chronique du Bien Vieillir pour recevoir régulièrement mes conseils pratiques et mes retours d’expérience.